Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques NRBC › Risque nucléaire et radiologique › Rayonnements ionisants

Types d'exposition

print

L'exposition aux rayonnements ionisants peut prendre trois formes distinctes, qui peuvent parfois être combinées :
 

  • L'exposition externe ou irradiation externe

Les rayonnements ionisants émis par une source à distance de l'organisme peuvent atteindre celui-ci, soit directement, soit indirectement après diffusion sur les objets situés dans le champ de rayonnement. Lorsque l'organisme n'est plus exposé à la source, l'irradiation externe cesse immédiatement.

Sur le plan clinique, l’irradiation peut être « globale » avec des symptômes dépendant de l’intensité de l’irradiation ou « externe localisée » avec des lésions cutanées à type de brûlures radiologiques.
Le diagnostic biologique se fait par l’étude de la chute des lymphocytes sanguins et par la recherche d’anomalies chromosomiques. Il n’existe pas de traitement d’urgence spécifique ; le traitement sera essentiellement symptomatique.

L’entourage ne court aucun risque à partir du moment où la victime est soustraite à la source. Il n’y a donc pas de mesures particulières de protection à prendre devant un irradié pur. Il peut être accueilli, initialement, directement dans une structure de soins.
 

  • La contamination externe

Tout dépôt de radioéléments sur la peau ou les phanères, à la suite d'une retombée ou d'un contact direct avec des radioéléments en source non scellée, constitue une contamination externe ou exposition externe cutanée.
L'irradiation consécutive à la contamination perdure tant qu'une décontamination externe n'a pas été réalisée, même lorsque la personne n'est plus exposée à la source de contamination.

Le diagnostic de contamination externe peut être immédiat si l’on dispose d’appareils de détection.

Le traitement consiste en un déshabillage des victimes et une douche. 90% de la contamination disparaît grâce au déshabillage.

Il existe un risque de transfert des particules radioactives donc un risque pour l’entourage. Des mesures de radioprotection doivent donc être mises en œuvre et les victimes ne peuvent bénéficier d’un accueil hospitalier qu’après avoir été décontaminées hormis une situation particulière : l’urgence absolue avec indication opératoire immédiate.
 

  • La contamination interne

Encore appelée exposition interne, c'est la pénétration de radioéléments dans l'organisme. Cette incorporation peut se faire par différentes voies : respiratoire, digestive, transcutanée (iode et tritium essentiellement) ou à la faveur d'une effraction cutanée. L'inhalation et les blessures sont les portes d'entrée les plus fréquentes.

Même lorsque le sujet n'est plus exposé à la source de contamination, l'irradiation due à l'incorporation de radioéléments perdure tant que la contamination n'a pas été éliminée. Ceci se fait soit spontanément, soit après traitement spécifique adapté au contaminant.

Il s’agit d’une urgence radiologique pour laquelle un traitement spécifique doit être mis en œuvre sans attendre la confirmation du diagnostic. 
La contamination étant interne, il n’y a pas de risque de transfert et le risque d’irradiation pour l’entourage est négligeable.

Il n’y a donc pas de mesures particulières de protection à prendre devant un contaminé interne. Il peut être accueilli, initialement, dans un service hospitalier « classique ».
 


Dernière mise à jour :  le 28 mars 2011

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé