Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Coqueluche › Prise en charge

Signes cliniques

print


Période d’invasion ou catarrhale non spécifique
(entre 7 et 15 jours)
- rhinite, éternuements, fébricule
- toux devenant progressivement spasmodique, émétisante, à prédominance nocturne, rebelle aux antitussifs.
 

Phase aigue

La toux est le signe clinique majeur : persistante au-delà de 7 jours avec aggravation, quinteuse,  émétisante, à prédominance nocturne (le classique « chant de coq » peut être absent chez les jeunes nourrissons, les adultes et les sujets anciennement vaccinés), ne s’accompagnant ni de fièvre ni d’autre signe respiratoire. Le malade est asymptomatique entre les quintes.

• Forme clinique du petit nourrisson non vacciné (âgé de moins de 6 mois) : toux quinteuse prolongée, cyanosante, mais souvent sans « chant du coq » "coqueluche maligne" : détresse respiratoire, défaillance poly-viscérale, hyperleucocytose, pouvant conduire au décès. Implication dans la mort subite du nourrisson.

• Forme classique de l'enfant non vacciné : toux d'abord banale puis quinteuse. Les quintes sont répétitives, violentes, souvent émétisantes, cyanosantes finissant par une reprise inspiratoire sonore comparable au « chant du coq ».

• Forme clinique de l'adolescent anciennement vacciné et de l'adulte : les tableaux cliniques sont de gravité variable. Il peut s'agir d'une toux banale, de courte durée ou prolongée. Dans une étude réalisée en Ile-de-France dans des cabinets de médecins généralistes, chez 32 % des sujets adultes toussant depuis 7 jours, un diagnostic de coqueluche a été porté.
 

Phase de convalescence

Elle peut durer plusieurs semaines. L’enfant n’est plus contagieux ; son état général est altéré par cette longue épreuve épuisante, et il reste fragile vis à vis d’autres infections respiratoires malgré l’absence de dépression immunitaire. Toute nouvelle trachéo-bronchopathie se manifestera quelques temps par une toux quinteuse, c’est le « tic de coqueluche » et non une rechute contagieuse.
 

En savoir plus :

- Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche, Haut Conseil de la Santé Publique, juillet 2014 (mise en ligne 24 novembre 2014)

- Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé - C.CLIN Sud-Est – Juillet 2009
 


Rubrique mise à jour le 10 décembre 2014

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé