Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Coqueluche › Données épidémiologiques

print

La coqueluche est une maladie bactérienne aiguë à Bordetella pertussis et B. parapertussis (bacille de Bordet-Gengou), bacille à Gram négatif.

Le réservoir est humain : adolescents, adultes et sujets âgés dans les pays où la vaccination infantile est obligatoire; jeunes enfants en cas de faible couverture vaccinale.

En l’absence de rappel vaccinal après l’âge de dix-huit mois, on a observé un changement de transmission de la maladie. En effet, la transmission ne se fait plus d’enfants à enfants, comme pendant l’ère pré-vaccinale, mais d’adolescents-adultes à nouveau-nés.

La transmission aérienne au contact d'un sujet malade (toux) est surtout intrafamiliale ou intra-collectivité (hôpital, écoles, milieu professionnel).La coqueluche ne confère pas une immunité à vie et il est possible de la contracter plusieurs fois dans sa vie.

 

  • En population générale 

Cette maladie est présente dans tous les pays du monde, touchant principalement les enfants dans les pays où ils ne sont pas vaccinés et les adolescents et adultes dans les autres.

En France, il est difficile, en l’absence de déclaration obligatoire et en raison du grand nombre de formes atypiques de l’adulte, d’avoir une bonne estimation du nombre de cas. Il existe sans doute une sous- estimation importante.

Depuis 1996, la coqueluche est surveillée chez l’enfant vu à l’hôpital par le réseau Renacoq, réseau hospitalier pédiatrique de 42 hôpitaux, distribués sur l’ensemble de la métropole.
Selon ce réseau Renacoq, en France entre 1996 et 2005 : l’incidence moyenne chez les nourrissons de moins de 3 mois est estimée à 276/100 000. La maladie semble présenter des cycliques de 3 à 5 ans. Le réseau a identifié 32 décès, dont 88 % survenus chez des nourrissons de moins de 3 mois. Les populations les plus touchées sont les nourrissons non vaccinés, les adolescents et adultes qui ont perdu leur protection vaccinale ou naturelle.

En 2009, le réseau a identifié 318 cas de moins de 17 ans confirmés par les laboratoires hospitaliers dont 26 % de cas chez des nourrissons âgés de moins de 6 mois. Tous les enfants ont été hospitalisés dont 18 % en service de réanimation. Il n'a pas été observé d'échec de la primo-vaccination complète (3 doses).
Environ la moitié des nourrissons de moins de 6 mois ont été contaminés par leurs parents et 1 sur 5 par leur fratrie. Ce rôle des adolescents et des adultes comme réservoir a été montré dans plusieurs études.

 

  • En milieu professionnel 

Entre 2000 et 2007, 68 épisodes de coqueluche ont été notifiés par des établissements de santé à l'Institut de Veille sanitaire (InVS) : 34 provenaient de service de maternité, pédiatrie et néonatologie ; 53 correspondaient à des cas groupés et le personnel soignant était souvent la source de l'infection. Par ailleurs une trentaine d'épisodes de coqueluche dans des écoles, foyers familiaux et autre foyers communautaires sont signalés à l'InVS.
 

En savoir plus :

- Coqueluche. Données épidémiologiques - Institut de Veille Sanitaire (InVS), mise à jour octobre 2013

- Bordetella pertussis. Agent de la coqueluche. INRS, fiche mise à jour en février 2011

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques - Institut de Veille sanitaire, Congrès des sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie, 9 juin 2012, Bordeaux.
 


Rubrique mise à jour le 10 avril 2014

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé