Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Maladie de Lyme › Prise en charge

Diagnostic

print


En phase primaire de la maladie, le diagnostic repose uniquement sur l’anamnèse et la clinique.
Le diagnostic sérologique à cette phase est donc inutile et trompeur.


Aux phases secondaires et tertiaires, l’examen sérologique permet de confirmer le diagnostic si la suspicion est forte. Les sérologies se positivent entre 4 à 6 semaines après une morsure de tique.
La démarche diagnostique doit toujours comprendre en première intention un test ELISA. En cas de résultat négatif, il n’y a pas lieu de faire un test de confirmation. Un test ELISA positif ou douteux doit être confirmé par immuno-empreinte (Western blot).


Il n’y a pas lieu de contrôler la sérologie dans le cadre du suivi d’un patient traité pour maladie de Lyme, car celle-ci restera positive.


Une sérologie positive sans contexte clinique évocateur ne doit pas donner lieu à un traitement.

 

Pour en savoir plus

- Les méthodes de diagnostic – Dans : Informations sur les maladies : borréliose de lyme, encéphalite à tiques, rickettsioses de type TIBOLA ou LAR, anaplasmose humaine, tularémie, fièvre Q– Institut de Veille Sanitaire, novembre 2009 : pp4-6

- Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. 16ème conférence de consensus en thérapeutique anti-infectieuse, Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), 2006




Dernière mise à jour : le 6 février 2012

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé