Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Grippe A(H1N1) 2009/2010 › Comment prendre en charge vos patients?

Vaccination

print
Organisation de la vaccination contre la grippe A(H1N1) en 2009/2010

Le Haut Conseil de la Santé Publique a remis un Avis relatif à la pertinence de la poursuite de la campagne de vaccination contre la grippe pandémique A(H1N1)2009, le 29 janvier 2010.
Le HCSP recommande de poursuivre la campagne de vaccination pour les personnes estimées à risque de complications quelque soit leur âge et pour les personnels de santé et médico-sociaux.
La situation devra être reconsidérée lors de la réflexion sur la vaccination contre la grippe saisonnière.

Dorénavant, deux modes de vaccinations sont possibles :

  • Vaccination dans les cabinets de médecins libéraux volontaires

    Les patients qui souhaitent se faire vacciner doivent se renseigner auprès de leur médecin. 
    - Cette vaccination peut se faire :
    soit au cours d’une consultation; le patient aura alors à s'acquitter du prix de la consultation habituelle ;
    soit lors de séances collectives et spécifiques de vaccination. Le patient devra payer 6,60 euros. Ce forfait est remboursé à 100 % par l’assurance-maladie. Sur la feuille de soins, le médecin indiquera la cotation de cet acte : VAC (non cumulable avec d’autres actes).
    - Les patients pourront, à partir du 15 février 2010, aller chercher les vaccins en pharmacie, sur prescription médicale.
    - Le bon de vaccination est nécessaire pour assurer la traçabilité des vaccins. Si le patient ne l'a pas reçu ou s'il l'a égaré, il est possible qu'il en fasse la demande auprès d'un centre d'accueil de l'assurance-maladie ou d'un centre de vaccination. Le médecin ou pharmacien peut également l'éditer, à partir du fichier Ameli. Un mode d'emploi est mis à disposition.
    - Un certificat de vaccination doit être remis au patient.
    - Le bon de vaccination doit être rempli par le médecin et envoyer au Centre national chargé de la traçabilité. 
    - Les actes sont couverts par la responsabilité civile professionnelle du médecin (pas de processus de réquisition) ;
    - L’indemnisation des éventuels effets secondaires liés à la vaccination contre la grippe sera assurée par l’Office Nationale d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (ONIAM) ;

    Pour connaître les procédures, deux fiches explicatives ont été établies :
    - à destination du médecin : La vaccination en cabinet médical contre le virus A(H1N1) en 8 étapes
    - à destination du pharmacien : Les vaccins contre la grippe A(H1N1) en officine pharmaceutique en 7 étapes

    Les documents utiles aux médecins généralistes pour la vaccination sont disponibles sur le site du Ministère : Kit de vaccination à destination des médecins libéraux

    Pour en savoir plus :
    - Grippe A(H1N1) : la vaccination chez les médecins libéraux volontaires - Ministère de la santé, 5 février 2010
    - La circulaire ministérielle et ses annexes
    - Le courrier de Mme Bachelot aux médecins, 12 janvier 2010
    - Questions-Réponses. L’organisation de la vaccination. Ministère de la santé

  • Vaccination en centres dédiés.

    Les centres dédiés collectifs ont cessé leur activité le 30 janvier 2010. Cependant, certains centres de vaccination installés dans les établissements de santé proposent toujours la vaccination. Pour cela, il vous faut consulter les Spécificités de votre département

     
Pour rappel :
Circulaire interministérielle n°DGAS/DGS/2009/346 du 3 décembre 2009 relative à l’organisation de la campagne de vaccination contre le virus A(H1N1) dans le champ social et médico-social
- Dispositions pour améliorer le dispositif national de vaccination– Ministère de la santé, 1er décembre 2009
- Lancement de la campagne vaccinale contre la grippe A(H1N1) dans les centres de vaccination, Ministère de la santé, 9 novembre 2009
- Organisation de la campagne de vaccination contre le virus A(H1N1) des enfants d’âge scolaire – Circulaire du 9 novembre 2009
- Organisation de la campagne de vaccination contre le nouveau virus A(H1N1) – Circulaire du 28 octobre 2009
- Planification logistique d 'une campagne de vaccination contre le nouveau virus A(H1N1) – Circulaire du 21 août 2009
- Site du Ministère de l’Education Nationale
Les vaccins (avec ou sans adjuvant)

Le Ministère de la santé propose un tableau récapitulatif :
« Quel vaccin utiliser contre le virus A(H1N1) ? ».
Ce tableau précise par catégorie de personnes les vaccins recommandés (avec ou sans adjuvant), les dosages et le nombre d’injections.

Le Haut Conseil de la Santé Publique émet des recommandations, régulièrement mises à jour concernant l’utilisation des vaccins.
Dans son avis du 7 septembre 2009, il recommande l’utilisation de vaccins ne contenant pas d’adjuvant pour les enfants âgés de 6 mois à 23 mois ; les femmes enceintes et les sujets porteurs de maladies de système ou d’une immunodépression associée à une affection sévère susceptible d’être réactivée par un vaccin contenant un adjuvant 

Le 2 octobre 2009, le HCSP a actualisé son avis, après analyse des nouvelles données épidémiologiques et des décisions de l’Agence européenne des médicaments (EMEA) concernant les vaccins dirigés contre le virus A(H1N1)v. Il renforce une démarche de prudence à l’égard des vaccins avec adjuvant pour certaines populations.

Le 28 octobre 2009, le HCSP, dans son avis actualisé, recommande un schéma vaccinal à une dose pour les adultes de 18 à 60 ans, à l’exception des personnes de cette tranche d’âge atteintes de dysfonctionnement inné ou acquis du système immunitaire. La nécessité d’administration d’une deuxième dose sera considérée en fonction des données complémentaires à venir concernant l’immunogénicité des vaccins, la durée de protection qu’ils confèrent ainsi que la durée de la pandémie.

Le 27 novembre 2009, suite à l’autorisation de mise sur le marché du vaccin pandémique A(H1N1) 2009 Panenza® et à l’avis de l’Agence européenne du médicament (EMEA) en date du 19 novembre 2009, le HCSP met à jour le schéma vaccinal selon l’âge et le type de vaccin utilisé. Le Pandemrix est recommandé pour les personnes âgées de 60 ans et plus. En cas d’allergie avérée à l’œuf, le vaccin à virus entier sans adjuvant Celvapan est recommandé. Le HCSP précise les indications de la vaccination par voie sous-cutanée (pour les personnes présentant des troubles graves de la crase sangunie et chez celles chez qui l’injection intramusculaire est difficilement réalisable) ;
Concernant la co-administration des vaccins grippaux pandémiques et saisonniers : lrd vaccins grippaux pandémiques avec adjuvant peuvent être co-administrés avec un vaccin grippal saisonnier sans adjuvant.
Ces recommandations sont amenés à évoluer en fonction de l’état des connaissances.

Le 29 janvier 2010, le HCSP a mis à jour ses recommandations, en fonction de l'avis de EMEA sur le Focetria. 

Le 23 avril 2010, le HCSP rend son avis relatif à la stratégie vaccinale grippe pour la saison 2010-2011. Deux vaccins seront disponibles : le vaccin trivalent pour les personnes habituellement éligibles à la vaccination contre la grippe saisonnière; et le vaccin monovalent contre la grippe A(H1N1) à certaines catégories de personnes habituellement non éligibles à la vaccination contre la grippe saisonnière. 

Sources :
- Avis relatif à la stratégie vaccinale grippe pour la saison 2010-2011. Haut Conseil de la Santé Publique, 23 avril 2010
-Actualisation de la posologie des vaccins pandémiques contre la grippe A(H1N1)2009 – Haut Conseil de la Santé Publique, 29 janvier 2010
- Actualisation de la posologie des vaccins pandémiques contre la grippe A(H1N1)2009 – Haut Conseil de la Santé Publique, 11 décembre 2009
- Actualisation de l’avis du HCSP relatif aux recommandations sur l’utilisation des vaccins pandémiques dirigés contre le virus grippal A(H1N1) - Haut Conseil de la Santé Publique, 27 novembre 2009
- Actualisation de l’avis du HCSP relatif aux recommandations sur l’utilisation des vaccins pandémiques dirigés contre le virus grippal A(H1N1) - Haut Conseil de la Santé Publique, 28 octobre 2009
- Actualisation de l’avis du HCSP relatif aux recommandations sur les priorités sanitaires d’utilisation des vaccins pandémiques - Haut Conseil de la Santé Publique, 2 octobre 2009
- Recommandations sur les priorités sanitaires d’utilisation des vaccins pandémiques dirigés conter le virus grippal A(H1N1) -Haut Conseil de la Santé Publique, 7 septembre 2009
 

Pour en savoir plus :
- Questions-réponses sur les vaccins grippe AH1N1 – AFSSAPS, octobre 2009
- Les adjuvants dans les vaccins pandémiques H1N1. - AFSSAPS, Note du 7 octobre2009

Des personnes traitées pour un cancer

L’INCA recommande une adaptation au cas par cas du schéma vaccinal en fonction du plan de traitement du malade et de la situation de sa maladie. C’est pourquoi il préconise que le médecin référent effectue la prescription du vaccin.

Source :
Recommandations de l’Institut National du Cancer concernant la vaccination contre le virus de la grippe A H1N1 des personnes traitées pour un cancer. INCA, 10 décembre 2009

Des personnes infectées par le VIH

Le Ministère a mis en ligne les recommandations du groupe d’experts, à savoir :

  • La vaccination de tous les patients contre le virus A(H1N1) dès que le vaccin sera disponible, avec une incitation forte chez les patients présentant une caractéristique de plus grande vulnérabilité et chez les enfants de moins de 5 ans, avec une évaluation de l’efficacité et de la tolérance dans cette population ;
  • La vérification de l’état vaccinal et la mise à jour de la vaccination anti-pneumococcique, si nécessaire ;
  • La vaccination de tous les patients contre la grippe saisonnière dès la disponibilité du vaccin ;
  • La prescription précoce d’un inhibiteur de la neuraminidase à visée prophylactique chez les patients les plus vulnérables et chez les enfants ;
  • La prescription d’un traitement curatif par inhibiteur de la neuraminidase pour une durée prévisionnelle de 5 jours chez les patients les plus vulnérables, et chez les enfants de moins de 5 ans.

Attention : le système d’appel en priorité des populations à risque mis en place par l’Assurance Maladie, n’est pas opérant pour les personnes vivant avec le VIH. Une procédure spécifique va donc être mise en œuvre : l’envoi d’un courrier aux personnes vivant avec le VIH par les établissements de santé qui les prennent en charge.

Sources :
Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH, Addendum aux recommandations 2008 du groupe d’experts lié à la pangémie grippale A(H1N1). Ministère de la santé, 16 septembre 2009
Vaccination contre la grippe A(H1N1)2009 des personnes vivant avec le VIH, Ministère de la santé, 5 novembre 2009

Effets indésirables

Suivi de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1)

L’AFSSAPS a réalisé un bilan des notifications d’effets indésirables chaque semaine. Pour les consulter
En mai 2010, l'AFSSAPS a publié le Bilan de pharmacovigilance des vaccins antigrippaux A/H1N1.

Surveillance et déclaration des effets indésirables

L'utilisation des vaccins peut engendrer, comme tout médicament des effets indésirables. Compte tenu de l'ampleur d'utilisation de ces vaccins sur une période réduite, il est particulièrement important d'adapter le dispositif de surveillance des effets indésirables afin de les suivre de façon aussi réactive et fiable que possible.

Dans cette perspective, l'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé a mis au point un dispositif renforcé de surveillance, à savoir : des modalités spécifiques de déclaration et d'analyse des évènements indésirables opérationnelles dès le début de la vaccination. Les professionnels de santé, mais aussi les patients auront la possibilité de déclarer des éventuels effets indésirables graves en utilisant un formulaire téléchargeable et en envoyant leur déclaration au Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) territorialement compétent.

Une note particulière a été rédigée par l’AFSSAPS sur le syndrome de Guillain-Barré : « l’ensemble des données suggère que le risque avéré de syndrome de Guillain-Barré découlant de la grippe est très supérieur au risque incertain de survenue d’un tel syndrome du fait de la vaccination ».
 

Vous êtes professionnel de santé : téléchargez la fiche déclarative d’évènement indésirable

Pour en savoir plus :

- Dossier de l’AFSSAPS sur la surveillance des effets indésirables des vaccins et des antiviraux.
- Urgences médicales à l’occasion d’une vaccination. Pour connaître les modes opératoires à destination des professionnels de santé. Fiche technique T1-B mise à jour au 1er décembre 2009
- Le syndrome de Guillain-Barré, AFSSAPS, 7 octobre 2009
- Vaccins contre le virus de la grippe A(H1N1). La surveillance des effets indésirables. AFSSAPS, Note du 7 octobre 2009
- Grippe A(H1N1)v : déclaration des effets indésirables graves, AFSSAPS 
- Réponses à des questions posées à l’AFSSAPS à la suite de mésusage observés lors de la vaccination contre le virus de la grippe H1N1. AFSSAPS, 2 décembre 2009

Populations prioritaires

Le Haut Conseil de la Santé Publique a remis un avis le 7 septembre 2009 concernant les groupes de populations prioritaires. En priorité, devraient être vaccinés :

  • Les personnels de santé, médico-sociaux et de secours ;
  • Les femmes enceintes à partir du 2ème trimestre ;
  • L’entourage des nourrissons de moins de 6 mois ;
  • Les nourrissons âgés de 6 à 23 mais avec facteur de risque ;
  • Les sujets âgés de 2 à 64 ans avec facteur de risque

Le 2 octobre 2009, le HCSP a actualisé son avis en terme de hiérarchisation des populations à vacciner en priorité : ainsi les nourrissons de 6 à 23 mois avec facteur de risque devancent dorénavant l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois. Et les nourrissons de 6 à 23 mois sans facteur de risque rétrogradent après les sujets de 65 ans et plus avec facteur de risque.
Consultez le tableau récapitulatif de l’ordre de priorité pour la vaccination

Sources :
- Actualisation de l’avis du HCSP relatif aux recommandations sur les priorités sanitaires d’utilisation des vaccins pandémiques - Haut Conseil de la Santé Publique, 2 octobre 2009
- Recommandations sur les priorités sanitaires d’utilisation des vaccins pandémiques dirigés conter le virus grippal A(H1N1) - Haut Conseil de la Santé Publique, 7 septembre 2009

Appel à mobilisation des professionnels de santé

Une instruction a été envoyée aux Préfets le 1er octobre 2009 sur la mobilisation des professionnels de santé à participer à la campagne massive de vaccination.
Cette instruction a essentiellement pour objet de décrire : l’ordre de priorité de mobilisation des professionnels de santé ; les moyens mis en place pour anticiper les tensions du système de soins, en renforçant le secteur des soins ambulatoires et hospitaliers ; les modalités de rémunération des professionnels de santé réquisitionnés dans le cadre de la campagne vaccinale.
La mobilisation des étudiants en médecine et infirmiers est essentielle. La participation des professionnels de santé à la campagne de vaccination est basée sur le volontariat, mais pour offrir toute garantie quant à leur responsabilité, le cadre d’emploi sera celui de la réquisition.
Sur la base de ces recommandations, le Préfet de département assure la cohérence d’ensemble de la mobilisation des professionnels de santé à l’échelle du département.

Un certain nombre de départements a mis en place un appel à volontaires (médecins et infirmiers) pour cette organisation (Voir la rubrique Spécificités de votre département)

Pour en savoir plus :
- Mobilisation des professionnels de santé, Instruction du Ministère de l’Intérieur, 1er octobre 2009
- Voir Couverture assurantielle et rémunération 

Bilan de la vaccination grippale A(H1N1)2009

L'Institut de Veille Sanitaire a publié dans le BEH Web les résultats de couverture vaccinale grippale A(H1N1)2009 durant la pandémie 2009-2010 en France. Elle a été jugée globalement insuffisante (7,9%). Elle variait avec l’âge : elle était la plus élevée chez les enfants de 6-23 mois (20,7%), diminuait ensuite pour atteindre 3,1% chez les personnes âgées de 18-24 ans, augmentait pour se situer entre 5 et 8% chez les adultes plus âgés et était de 7,6% chez les personnes âgées de 65 ans ou plus.  Les estimations de couverture dans les 22 régions de France métropolitaine variaient de 6,1% (Languedoc-Roussillon) à 12% (Bretagne) (médiane=8,2%). La couverture chez les femmes enceintes était de 22,7%.
BEH Web, n° 3 de septembre 2010
 

Sources :
- Les avis du Haut Comité de la Santé Publique 
- Les avis de l’AFSSAPS
- Les circulaires du Ministère de la santé  

Mise à jour le 11 Janvier 2011

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé